Bienvenue chez CENTURY 21 Dréano Immobilier, Agence immobilière LAVAL 53000

Santé des dirigeants. Plus de stress en Pays de la Loire qu’en Bretagne

Publiée le 24/05/2018

 

En Pays de la Loire, les dirigeants sont plus stressés que la moyenne nationale. Moins en Bretagne. C’est ce que révèle le quatrième baromètre de la forme des dirigeants, en régions, par la Fondation d’entreprise MMA des Entrepreneurs du Futur.

En 2018, le stress reste un fléau pour les entrepreneurs des Pays de la Loire, qui déclarent un plus fort niveau de stress : 20 % disent en effet ressentir du stress en permanence et 26 % la plupart du temps,contre respectivement 14 et 22 % au national. L’enquête, réalisée par OpinionWay a été conduite par téléphone auprès des entrepreneurs des régions, 109 en Pays de la Loire et 117 en Bretagne. Pour les entrepreneurs ligériens, les situations les plus génératrices de stress sont la surcharge de travail (67 %), les incertitudes liées à l’activité (60 %) et le manque de trésorerie (55 %).Fait remarquable pour la région, les incertitudes sur l’activité sont particulièrement impactant en Pays de la Loire, citées par 60 % des dirigeants, contre 51 % à l’échelle nationale.

Autre marqueur alarmant, un dirigeant des Pays de la Loire sur trois se sent « sous pression » en permanence  avec pour conséquence l’installation de la fatigue (40 %) plus qu’au national (avec 6 points de plus), d’un sentiment de lassitude (27 %) et de troubles du sommeil (points de plus là aussi).

Davantage d’arrêts de travail

Malgré ces constats, la grande majorité des sondés des Pays de la Loire s’estime globalement en bonne santé (92 %). 67 % des personnes interrogées se déclarent même en bonne, voire très bonne forme. À noter cependant, ce taux est plus bas que la moyenne nationale (72 %). Le nombre d’arrêts de travail délivrés a par ailleurs sensiblement augmenté : 13 % des chefs d’entreprise ont été arrêtés par leur médecin sur ces 12 derniers mois, contre 8 % l’an passé.Plus globalement, 33 % des entrepreneurs jugent que leur santé s’est détériorée sur ces 5 dernières années, contre 26 % pour l’ensemble des dirigeants français.

En Bretagne, pas le même stress

En Bretagne, les chiffres varient. Si le stress arrive en tête  pour de nombreux entrepreneurs bretons (14 % en souffrent de manière permanente), il apparaît de moins en moins lié aux inquiétudes liées à l’entreprise : au manque de trésorerie ( moins 6 points), ou encore à l’activité ( moins 2 points). Et davantage Fait néanmoins à la surcharge de travail, cité par 61 % des dirigeants et qui devient le premier facteur de stress (+ 9 points par rapport à 2017)

Et une bonne santé en général

 

En Bretagne, 97 % des dirigeants de TPE et PME se disent être en bonne santé, un taux en hausse de 2 points par rapport à 2017. Le nombre d’arrêts de travail délivrés a néanmoins sensiblement augmenté : 13 % des chefs d’entreprise ont été arrêtés par leur médecin sur ces 12 derniers mois, contre 11 % l’an passé, c’est plus que la moyenne au national (10 %). Plus globalement, 23 % des entrepreneurs bretons jugent que leur santé s’est détériorée sur ces 5 dernières années.Cet état de santé est avant tout lié à la sphère personnelle : moral (86 %), forme physique (82 %) mais avant tout à l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle (90 %). 71 % des dirigeants bretons interrogés font le lien entre leur état santé et celui de leur entreprise. Les troubles physiques ressentis par les dirigeants sont en premier lieu causés par les mauvaises postures (59 %) et le manque de temps (46 %) pour accomplir leur travail.

Notre actualité